Territoire

Quelques chiffres

  1. 2709 km2

    de superficie

  2. 1684 km2

    en territoires municipalisés

  3. 1025km2

    de territoires non organisés

  4. 250

    chalets de villégiature forestière

Aperçu rapide de la MRC Lac-Saint-Jean Est

La MRC de Lac-Saint-Jean-Est occupe une superficie de 2 709 km2, dont 1 684 km2 sont situés en territoires municipalisés. La MRC possède 1 025 kmde territoires non organisés. Il s’agit d’une superficie relativement petite comparé aux autres MRC de la Région. Ces territoires non organisés sont situés au sud des municipalités d’Hébertville et de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. On y retrouve environ 250 chalets de villégiature forestière.

L'ensemble du territoire municipalisé de la MRC peut être divisé en deux entités : les hautes terres et les basses terres. Les hautes terres sont constituées du massif Laurentien formant la frontière sud du territoire et des contreforts qui bordent le nord et le sud de la MRC. Le massif Laurentien, ou plateau Laurentien, est caractérisé par sa surface inégale dont l’altitude peut varier de façon importante. On y retrouve des collines arrondies dont les pentes sont recouvertes de débris morainiques et d’une végétation constituée principalement de conifères. Les affleurements rocheux sont nombreux mais le plus souvent recouverts de minces tills

Les basses terres sont, quant à elles, constituées de la plaine argileuse et du majestueux lac Saint-Jean. L’altitude y est inférieure à 197 mètres et le lac lui-même se situe à quelque 103 mètres au-dessus du niveau de la mer. 

La régularité de la plaine est interrompue par les vallées des rivières et par quelques massifs rocheux et collines sablonneuses. Depuis la formation des terrasses, découlant du retrait de la mer de Laflamme, les cours d’eau ont modelé de façon très nette le paysage. Il n’est pas rare de rencontrer dans les dépôts alluvionnaires des ravins de 30 et même 60 mètres. 

Quant au réseau hydrographique de la MRC, il comprend plusieurs cours d'eau et lacs d'importance: le lac Saint-Jean; le lac Vert; le lac Tchitogama; le lac Labrecque; la rivière Péribonka; la Belle-Rivière; la rivière Métabetchouane; la Petite Décharge et la Grande Décharge. Ceux-ci, en plus de façonner les paysages, ont été à l'origine de l'occupation du sol sur notre territoire (route des fourrures) et de sa mise en valeur récréative et industrielle (potentiel hydroélectrique, drave sur les rivières Péribonka et Petite Décharge).

Note

Moraine (morainique)
Forme géomorphologique formée à la périphérie d’un glacier mobile et généralement composée de tills et de matières diverses.

Till
Dépôt d’origine glaciaire, non stratifié et généralement composé de sable et gravier.

Dépôts alluvionnaires
Dépôts (sable, gravier, argile, etc) laissés sur place par le passage d’un cours d’eau. Dans le cas présent, par la mer de Laflamme.